INTERVIEW – Pascal Colin, Directeur Général d’INITIATIVES

19 Oct 2021 | INTERVIEW, Qualiopi

 

Bonjour M. Colin, en tant que Directeur Général, pourriez-vous nous présenter votre organisme de formation et sa raison d’être ?

L’association INITIATIVES, très engagée dans l’économie sociale et solidaire, est un acteur historique de la lutte contre le sida et l’accompagnement des personnes en situation de fragilité sociale. C’est dans ce cadre que s’est développé notre centre de formation destiné initialement à l’insertion puis à la qualification de personnes motivées par l’engagement dans le secteur médico-social.

Initiatives a récemment été certifiée Qualiopi. Que vous apporte cette certification et quelles ont été les ajustements réalisés pour répondre aux contraintes de l’audit ?

La certification « Qualiopi » permet d’attester de la qualité du processus mis en œuvre par notre centre de formation. Elle certifie que les actions proposées aux apprenants concourent au développement des compétence dans le respect des normes de qualité imposées aux organismes de formation. Pour nos partenaires financeurs et employeurs, la certification Qualiopi est une garantie de la qualité de notre prestation. Elle permet également une plus grande lisibilité de notre offre de formation auprès des entreprises et des usagers.

La préparation de l’audit a été très intéressante pour nous dans la mesure où nous avions pu faire un état des lieux à 360° de notre organisation. Cela nous a permis de constater que nos principaux processus étaient en place pour la plupart des critères évalués et de voir l’implication des équipes pour recenser et systématiser ensemble les réponses aux nouveaux attendus.

Ce fut également une occasion de travailler nos points d’efforts pour une mise en œuvre constante de notre démarche qualité au travers de toutes nos activités. Malgré une conscience partagée que la qualité est une démarche à vivre au quotidien, ce n’est pas toujours simple de modéliser des points de vigilance en équipe. Notre démarche commune vise une mobilisation évolutive et constante, car rien n’est définitivement acquis.

Vous formez des apprenants sur plusieurs sites, Paris et Montpellier ; comment s’est déroulé l’audit dans ces deux entités ?

L’audit des deux sites a été facilité par un fonctionnement qui privilégie le partage d’un nombre de procédures pour les deux sites. L’expérience de l’audit a permis de renforcer cette orientation de travail commun, à travers une réflexion sur les outils, priorisation de choix tantôt communs (process marketing, process pédagogiques, programmation, évaluation, etc.), tantôt spécifiques, (planification et gestion de formateurs), selon les chantiers.

Avec la crise sanitaire, les OF ont accéléré leur digitalisation ; où en êtes-vous de votre côté et quels formats de formation proposez-vous ?

La digitalisation nous a permis de transposer nos activités de formation durant la crise sanitaire. Cet épisode s’est déroulé pour nous dans un contexte où les outils de la formation multimodale étaient déjà en place depuis 2017 : plateforme LMS, classes virtuelles, formation aux intervenants, etc.

A ce jour, il s’agit pour nous de capitaliser les connaissances et expériences sur les usages numériques, et d’apprendre à maitriser nos choix didactiques. Orienter notre développement de l’offre de formation vers une conception hybride performante continue de se faire en association des secteurs d’emploi, formateurs et stagiaires, concernés et intéressés par ces propositions.

En quoi la formation aux métiers du « social » diffère-t-elle d’autres secteurs ? Quelles sont ses particularités ?

Comme tout secteur professionnel, l’intervention sociale appelle à des compétences et connaissances spécifiques, dont les gestes techniques ou postures, relatifs au soutien apporté aux personnes ou au fonctionnement des dispositifs de l’action sociale ou de l’ESS.

S’agissant de la façon dont nous concevons nos formations, l’organisme de formation construit des contenus de formation à partir de ses connaissances des activités professionnelles visées par les certifications pour fournir des modalités d’apprentissage thématique en conséquence.

Concernant les matières qui nourrissent les programmes, nous puisons dans les champs inter-disciplinaires de sciences humaines, parfois avec des apports de partenaires universitaires, mais nous proposons aussi des exercices d’application de ces connaissances, sur les terrains pratiques : études de cas, jeux de rôles, réflexions, débats, recherches d’informations par les stagiaires, etc. La modalité de formation par alternance est privilégiée dans tous les niveaux de formation (d’infra 3 à 7), pour favoriser une construction progressive de savoirs professionnels adéquate aux besoins de compétences exprimés par les terrains employeurs.

Plus d’informations sur les liens suivants :

A LIRE EGALEMENT