Chaque mois, l’ISQ part à la rencontre de l’un des derniers certifiés QUALIOPI afin d’en apprendre plus sur le processus qui l’a mené jusqu’à l’obtention du précieux sésame ; en Janvier, nous avons échangé avec Monsieur Arnaud Dubroca, PDG de France SST

Bonjour M. Dubroca, vous êtes le PDG de France SST, un centre de formation autour de la santé et de la sécurité au travail. Pouvez-vous nous présenter France SST et nous expliquer sa raison d’être ?

Bonjour, je dirais que notre raison d’être, ou en tout cas, nos remises en questions quotidiennes portent essentiellement sur la qualité, la rigueur, l’expertise et l’accompagnement.

Pour ce qui est de vous présenter France SST, notre centre national de formation est basé sur la zone du Futuroscope de Poitiers mais nous intervenons également sur tout le territoire auprès des établissements publics et privés. Nous avons un réseau d’une centaine d’intervenants avec principalement des formateurs, des formateurs de formateurs mais aussi des ergonomes, ergothérapeutes, psychologues du travail et différents experts ou avocats spécialisés.

Nous proposons une offre globale certifiée QUALIOPI, dédiée à la Santé et la Sécurité au Travail, à tous les échelons de la structure : salariés, managers, formateurs et dirigeants. Étant qualifiés OPQF et possédant toutes les habilitations ou agréments nécessaires (CNIL, INRS, RGPD, IPRP/DiRECCTE, Datadock, ILCOR, Herrmann Internationnal) France SST est, je pense, l’un des acteurs de référence de la formation S&ST en France. 

Aujourd’hui, et pour parler chiffres, le centre national de Poitiers accueille environ 2.000 stagiaires par an, forme un peu plus de 350 formateurs chaque année et représente une communauté de 14.000 abonnés sur les réseaux sociaux. C’est avant tout un lieu de partage et de perfectionnement où il fait bon vivre et où l’échange bienveillant est toujours présent.

 

France SST

Photo de groupe – MAC FoSST – Juillet 2020 masquée

On imagine que la crise sanitaire a du avoir un impact sur votre secteur de formation. Quel est-il et comment analysez-vous ses conséquences sur l’offre et le fonctionnement de France SST ?

Effectivement, l’impact de la crise sanitaire n’est pas neutre pour de nombreux OPAC (Organismes Prestataires d’Actions Concourant au développement des compétences – Ex-OF) et je pense notamment à tous les formateurs indépendants que nous accompagnons et pour qui la période est particulièrement délicate.

Chez France SST, nous avons enregistré de nombreux reports d’inscriptions, avec une activité en « dents de scie » composée de périodes de non activité liées aux confinements et des périodes de « grand rush » avec de nombreuses sessions dédoublées voir triplées chaque semaine d’ouverture.

Ces temps de distance physique avec la structure ont été l’occasion pour nous de proposer de nombreux accompagnements à distance pour nos clients sur leurs démarches règlementaires (DUER, Audits Ergonomiques, Conseil…) notamment grâce à notre outil en ligne gratuit : www.DiagSST.com .

Pour ce qui est des conséquences sur le secteur de la formation, je pense, en effet, que le distanciel va se développer de plus en plus et sous différentes formes. Il faudra être, tout de même, vigilant à son évolution pour ne pas perdre l’essence même de notre métier, à savoir le développement des compétences et non uniquement un simple transfert de connaissances…

 

France SST

 

Vous réalisez également des audits pour analyser et faire évoluer les process au sein des entreprises et vous en avez vous-même passé avant l’obtention de votre certification Qualiopi. Quels sont les enseignements que vous avez tiré de cet audit ?

La remise en question perpétuelle et quotidienne me paraît être fondamentale et indispensable… surtout dans nos métiers de transmission. Par conséquent, les audits dont nous avons bénéficié notamment pour l’obtention de l’OPQF nous ont permis de perfectionner certains process qualité, de confronter nos pratiques avec des experts et d’améliorer, encore, notre offre globale en santé et sécurité au travail auprès de nos clients. 

Il est toujours intéressant de se remettre en question et d’avoir un regard extérieur sur ses propres méthodes car nous n’avons jamais fini de progresser et c’est tout l’intérêt de ce type de démarches. Comme je le dis souvent à mes stagiaires formateurs : Restons curieux et des éternels étudiants…

 

Interview Arnaud Dubroca

 

Vous gérez également un blog d’actualité sur votre site internet. En quoi ce  format de « brand content » est-il un outil commercial important pour un organisme de formation ?

Notre objectif est de « garder le lien » ! Trop nombreux sont les formateurs ou les clients qui nous font part de leur sentiment d’être « seuls dans leur coin » sans bénéficier d’une veille technique, pédagogique ou juridique régulière mais surtout de qualité dans le domaine de la santé et sécurité au travail.

Nous avons donc développé depuis plusieurs années différents vecteurs pour animer notre réseau. Que ce soit notre « Espace formateurs » auquel tous nos formateurs ont accès gratuitement, nos conférences mensuelles gratuites animées par des experts, notre journée nationale des formateurs en prévention de risques ou notre présence sur les réseaux sociaux, toute notre #FranceSSTfamily peut ainsi être informée et nous questionner sur les questions d’actualité et les réformes en cours.

En conclusion, même si « on peut faire sans » je pense que cette proximité et cet accompagnement au quotidien est un atout et nous permet, encore une fois, de nous distinguer des confrères qui proposeraient le même type de formations que nous. Par conséquent, je ne sais pas si c’est effectivement un « outil commercial important » car ça n’a pas été fait dans ce sens, mais c’est, en tout cas, un des critères qui permet, je pense, à un client de nous choisir pour suivre sa formation diplômante.

 

Interview Arnaud Dubroca

 

Last but not least ! Vous êtes basés au Futuroscope de Poitiers alors plongeons-nous dans le futur : quels sont les formats pédagogiques novateurs de la formation en 2100 ?

Exercice difficile que vous me demandez là… j’ai bien une idée pour 2030 ou 2050 mais compliqué pour 2100. Il me semble que les formations santé et sécurité au travail vont devoir se réinventer pour les appréhender différemment et pas uniquement par le prisme de la réparation ou de la répression comme certains le pensent. Je dirais que notre approche devra être basée sur une approche comportementale de sécurité afin que les règles de sécurité soient assimilées comme un réflexe et non comme une contrainte. Tout le travail va donc être à mon avis basé sur l’humain et ses « préférences cérébrales ». Nous avons d’ailleurs commencé en 2016 à développer ces nouvelles approches auprès de certaines entreprises et les résultats sont bluffants. Je vous invite à visiter notre site www.Culture-Sécurité.fr pour en savoir plus…

En conclusion, je pense que l’avenir de notre système et des formats pédagogiques sera essentiellement tourné vers l’humain et ses différents ancrages mémoriels.

Logo France SST

Pour plus d’informations, retrouvez France SST sur ses différentes plateformes :