INTERVIEW – Camille de Varax, Directrice du pôle formation chez Hephata

9 Sep 2022 | INTERVIEW, Qualiopi

 

Bonjour Madame de Varax; en guise d’introduction, pouvez-vous nous présenter Hephata au travers d’un exemple concret ?

Hephata est une agence dédiée à la valorisation du patrimoine bâti et paysager. Elle exerce sa mission à travers 3 activités : le conseil et la formation des propriétaires publics et privés de lieux historiques, l’organisation d’événements clé en main pour des entreprises dans des lieux d’exception respectant une charte Hephata, et la mise à disposition de lieux historiques et d’exception aux professionnels de l’image et de la mode pour des tournages, défilés, shootings, etc.

 

Interview Hephata

__

En quoi la formation est-elle complémentaire de l’activité d’Hephata ?

Nos formations ont vocation à professionnaliser l’ensemble des acteurs du patrimoine, dans un contexte de structuration de ce secteur. Elles accroissent ainsi l’impact des actions d’Hephata dans la sauvegarde de notre patrimoine bâti et paysager.

La formation autour des enjeux de valorisation, de développement d’activités et de financement du patrimoine est une alternative à l’offre de conseil pour ceux qui préfèrent être autonomes dans la gestion et le développement de leur site historique, mais qui ne disposent pas forcément des méthodes, compétences ou de certaines connaissances bien précises liées aux spécificités du patrimoine, mais notre offre s’adresse également à tous les acteurs agissant directement ou indirectement dans la valorisation du patrimoine.

Interview Hephata

Teambuilding ©Hephata

__

Vous proposez plusieurs parcours et modules de formation axés autour de la préservation du patrimoine ; comment adaptez-vous ces contenus à vos différents publics (particuliers, organisations, associations, acteurs publiques) ?

Nous proposons en effet des modules de formation selon 3 modalités : à la carte, dans le cadre de parcours d’accompagnement complets et sur-mesure.
Les besoins, le temps disponible pour être formé, la possibilité de se déplacer ou pas, etc. sont très différents selon les types de publics. Nous étudions la demande de nos interlocuteurs pour définir les objectifs, le contenu et les modalités de formation adaptées à leurs besoins et les orientons soit vers des formations ciblées de quelques heures à une journée, soit vers un parcours d’accompagnement complet, soit nous construisons ensemble un parcours sur-mesure. Cela peut être le cas par exemple pour former les bénévoles ou adhérents d’une association de sauvegarde du patrimoine sur les enjeux touristiques et économiques du patrimoine, ou former des agents immobiliers spécialisés dans les biens d’exceptions aux spécificités liées aux monuments historiques ou les possibilités de financement.

__

Vous avez récemment été certifiés Qualiopi ; en quoi cette certification est-elle importante pour une entreprise comme la vôtre ?

Interview Hephata

L’équipe ©Hephata

Après presque deux ans de création et de structuration de notre offre de formation, lancée fin 2020, cette certification confirme, après la reconnaissance du Ministère de la Culture et d’Atout France acquise en 2021, la qualité des processus mis en œuvre pour fournir des formations pertinentes, efficaces et pérennes. C’est une reconnaissance supplémentaire de l’engagement d’Hephata en faveur de la professionnalisation et de l’autonomie des acteurs du patrimoine.

Plus concrètement, grâce à l’obtention de la certification Qualiopi, les formations d’Hephata vont dorénavant pouvoir être plus facilement accessibles à un large public : agents des collectivités territoriales, personnels d’opérateurs touristiques types offices du tourisme, agents immobiliers spécialisés dans le patrimoine, membres d’associations œuvrant pour la sauvegarde du patrimoine, etc. en permettant aux bénéficiaires de nos formations de les faire financer par leur branche professionnelle (OPCO, Etat, régions, Pôle emploi, Caisse des dépôts et consignations, l’Agefiph).
Cela contribue en particulier à l’atteinte des objectifs stratégiques d’Hephata, à savoir augmenter le nombre de site patrimoniaux préservés / restaurés, accroître la professionnalisation des porteurs de projets dans des lieux historiques, augmenter le taux de réussite des projets menés dans des lieux historiques, accompagner les reconversions professionnelles et le retour à l’emploi.

__

Question décalée : face au péril climatique, comment concilier restauration et préservation du patrimoine avec l’idée de développement durable ?

Consciente des enjeux non seulement environnementaux, mais également sociaux, économiques et humains lié au patrimoine historique, Hephata a publié en 2020 une étude visant à mesurer précisément l’impact des événements qu’elle a organisés dans des lieux historiques. (à télécharger sur notre site internet)
Cette étude poussée démontre que notre activité d’événementiel engagé pour le patrimoine a eu des impacts positifs sur 4 volets : la préservation du patrimoine, l’économie et l’attractivité des territoires, l’environnement et la biodiversité, et enfin l’humain.

Concernant le péril climatique, cette étude rappelle que « Le bâti ancien a été construit avec des matériaux (pierres, bois, mortiers, terres crues ou cuites, végétaux…) dont les propriétés hygrothermiques particulières présentent souvent des qualités d’isolation. Ces matériaux ont été trouvés à proximité et peu transformés. Ils sont donc économes en énergie grise et durables. L’emploi d’espaces tampons (combles, mitoyens, caves) ou la forte inertie de l’enveloppe sont aussi propres au bâti ancien ».

Ainsi, parce qu’ils font la part belle aux matériaux de construction traditionnels comme le bois et qu’ils durent longtemps, les monuments constituent des puits de carbone clefs dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique. Par ailleurs, à la différence des bâtiments neufs, le patrimoine est une « énergie grise », c’est-à-dire de la « matière déjà mise en œuvre », ayant donc un bilan carbone nul. Tout l’enjeu de la restauration consiste à choisir des matériaux et des techniques permettant de conserver ces propriétés.
Au-delà de la restauration du bâti, il est à rappeler que le patrimoine historique est très majoritairement rural, et souvent complété de parcs, jardins, forêts, etc. Préserver un patrimoine historique, c’est donc également préserver la biodiversité et tout l’écosystème naturel qui lui est intrinsèquement lié.

__

Vous souhaitez en savoir plus sur Hephata :

La Newsletter de l'ISQ

Retrouvez tous les mois l’actualité, les témoignages, webinaires et interviews en lien avec votre activité.

A LIRE EGALEMENT