ACTUALITÉ – Résultats de l’enquête France Compétences sur la certification Qualiopi

17 Mai 2021 | ACTUALITES, Qualifiés

La jeune certification Qualiopi qui, si elle fait encore couler pas mal de sueur chez les organismes de formation comme chez les organismes certificateurs, n’en demeure pas moins une évolution capitale du marché de la formation professionnelle. S’il est encore un peu tôt pour bénéficier du recul nécessaire pour faire des conclusions globales, France Compétences vient de publier la première partie d’une enquête qu’elle a réalisé au démarrage du déploiement de Qualiopi. En voici les principaux enseignements résumés.

France Compétences

Trois thématiques pour de nombreux enseignements

Cette enquête, réalisée auprès de 71 Organismes de Formation (OF) et Centres de Formation d’Apprentis (CFA), 9 Organismes Certificateurs (OC) et Labellisateurs et onze Financeurs interrogés entre juin et octobre 2020, est structurée autour de trois thématiques :

  • L’engagement dans la démarche
  • Les étapes structurantes de l’accès à la certification
  • Les postures des prestataires face à la dynamique d’amélioration continue visée par la réforme.

« L’engagement dans la démarche »

Premier enseignement, l’impact de la crise sanitaire ; en effet, de nombreux organismes de formation ont été « obligés » de prendre du retard dans leur démarche de certification car il leur a fallu adapter leurs offres vers du « tout digital » afin d’assurer une continuité pédagogique.

« Les OF, qui étaient engagés dans la démarche avant le premier confinement, ont eu tendance à continuer leur parcours, grâce notamment à la possibilité́ ouverte de réaliser l’audit initial en distanciel. En revanche, ceux qui n’avaient abordé́ que succinctement le sujet, ont plutôt choisi de reporter leur décision ou décaler leur préparation. Cet aspect fait craindre aux OC un risque de tension dû à un accroissement du nombre de demandes au second semestre 2021. », résume l’enquête.

On apprend également que les premiers OF à s’être spontanément engagés dans la démarche sont ceux qui avaient déjà l’habitude des démarches qualité et des process associés. Ces OF, de différentes tailles, ont la plupart du temps une part de fonds publics et mutualisés supérieure à 50% et font de la formation leur activité principale. Ces OF, qui n’ont pas eu besoin de trop adapter leurs process, portent un regard positif sur le RNQ. Il est nécessaire de préciser également que les paramètres économiques sont les premiers facteurs décisionnels de ces OF.

On note également quelques craintes de la part des OF moins expérimentés qui ont souvent des représentations erronées du RNQ et doutent de l’accessibilité de la démarche tout comme de la « capacité de Qualiopi à leur faire franchir un seuil qualitatif dans leurs pratiques professionnelles« .

D’autres OF, pas encore engagés, prennent du temps pour mûrir leur réflexion et réfléchissent à plusieurs stratégies possibles :

  • S’inscrire dans des partenariats pour mutualiser les coûts d’accès à Qualiopi
  • Être absorbés par une structure déjà certifiée
  • Renoncer à Qualiopi et miser sur une intervention en sous-traitance plutôt que directe

Enquête Qualiopi

« Les étapes structurantes de la démarche de certification »

La phase de préparation est perçue comme consommatrice de ressources financières, humaines et temporelles. La majorité des OF commencent par un diagnostic des écarts entre les exigences du RNQ et leurs pratiques. Ils optent ensuite pour un ajustement constant des moyens humains ou pour l’embauche d’un responsable qualité ou d’un consultant spécialisé.

Une seconde phase débute avec un travail préparatoire réalisé par une personne unique ou par des actions collectives et transversales, tant en ce qui concerne la lecture du référentiel, l’identification des écarts ou des transformations à opérer. Cette étape n’est pas considérée comme « à la portée de tous » par les OF et peut se heurter à des obstacles de nature gestionnaire ou culturelle.

Concernant le choix des organismes certificateurs, une certaine continuité est louée dans la majorité des cas ; pour les autres, le critère économique et la notoriété sont des arguments de poids dans cette décision. Ce choix peut également être influencé par la confiance et la posture bienveillante de l’OC tout comme de la qualité du premier contact.

Les retours sur les audits sont globalement positifs : « un dialogue professionnel constructif », « une compréhension d’ensemble et approfondie de la structure » sont les deux raisons principales du bon déroulement de ces audits. D’une manière générale, ils plébiscitent également la poursuite des efforts de sensibilités et de pédagogie autour de ces audits.

« L’inscription de la démarche qualité dans la durée »

Au centre de la réforme et de la certification Qualiopi trône une logique d’amélioration continue des prestations délivrées et du système qualité. Sur ce sujet, trois postures des OF se distinguent :

  • La certification comme levier pour structurer et formaliser leur activité
  • La certification dans une logique court-termiste de mise en conformité passive
  • La certification pour faire vivre le référentiel dans la durée (principalement chez les CFA)

Si la certification Qualiopi demeure une forme d’obligation pour les OF, elle n’en demeure pas moins, en parallèle, globalement approuvée par les organismes de formation tout comme par les organismes certificateurs, parmi lequel l’ISQ.

Pour plus d’exhaustivité, retrouvez les résultats de l’enquête de France Compétences en cliquant sur ce lien et pour toute demande de renseignement sur la certification, n’hésitez pas à nous contacter !

 

A LIRE EGALEMENT