CHEZ NOUS – Le bilan 2020 de Catherine TERRIEN, Déléguée Générale de l’ISQ

4 Déc 2020 | CHEZ NOUS

L’année 2020 restera gravée dans les mémoires comme une année noire en raison de la crise sanitaire et de ses effets négatifs pour la majorité des secteurs d’activité. Aussi serait-on tenté de ne pas se retourner sur elle et de placer tous nos espoirs d’amélioration en son ainée : « 2021 ».

Bienvenue sur « L’Actu de l’ISQ » !

L’année 2020 restera gravée dans les mémoires comme une année noire en raison de la crise sanitaire et de ses effets négatifs pour la majorité des secteurs d’activité. Aussi serait-on tenté de ne pas se retourner sur elle et de placer tous nos espoirs d’amélioration en son ainée : « 2021 ». Pourtant, il serait erroné de n’y voir que du négatif car la violence de cette crise inattendue a développé, comme un écho, l’immense faculté d’adaptation de l’Homme et de ses systèmes.

Récemment réformé par la mise en place, en 2018, de la loi «pour la liberté de choisir son avenir professionnel », le secteur de la formation professionnelle n’a pas, lui non plus, échappé à cette année particulièrement difficile ; l’obligation de l’obtention de la certification nationale « Qualiopi » a nécessité de la part de l’Etat de nouvelles décisions rapides par la voie législative. Une ordonnance datée du 1er avril 2020 a reporté l’entrée en vigueur de la certification Qualiopi au 1er janvier 2022. Elle a ensuite été aménagée par un décret, puis un arrêté visant à simplifier la démarche globale liée à la certification « Qualiopi ». L’Etat, à travers ses différents leviers législatifs et ses organes représentatifs, s’est donc adapté à une situation jusqu’alors inconnue pour tenter d’accompagner et de préserver au mieux les divers acteurs présents sur le marché.

Le secteur de la formation professionnelle a répondu à cette crise par une digitalisation massive de ses programmes. Souvent prévue à long terme, cette transformation digitale des offres de formation et des process associés, a finalement été activée « contre mauvaise fortune, bon coeur » et, dans la plupart des cas, avec une belle réussite à la clé ! De nombreux organismes de formation ont ainsi accéléré une transition numérique qui était souhaitée au plus haut niveau de l’Etat et l’explosion des offres et plateformes d’apprentissage digitalisé a compensé, au moins en surface, les pertes économiques liées à l’arrêt du sacro-saint « présentiel ». Ainsi, à leur manière, les organismes de formation et, plus globalement, les acteurs de la formation professionnelle, se sont adaptés à ces nouvelles contraintes, faisant preuve d’imagination, de persévérance, d’intelligence stratégique et de confiance. Une confiance à l’égard de l’ISQ dont je souhaiterais également remercier tous nos certifiés / qualifiés, anciens et nouveaux, petites et grandes structures. A travers l’obtention de la jeune certification Qualiopi, les qualifications OPQF et OPQCM, sans oublier « CertiFormPro By OPQF », ils ont témoigné et prouvé l’excellence de leur démarche qualité : bravo !

Notre organisme certificateur, l’ISQ, a également su s’adapter et évoluer. Aussi, en rédigeant cette rétrospective 2020, je ne peux que constater que la crise nous aura également fait grandir et qu’elle n’aura pas freiné notre développement. De notre participation à l’UHFP 2020 à Biarritz – un événement « physique » qui paraît désormais si loin ! -, en passant par l’obtention de notre accréditation COFRAC (le 9 avril 2020 sous le n°5-0608 rév.0 – portée disponible sur www.cofrac.frpour la certification « Qualiopi » jusqu’à la création de notre blog « L’Actu de l’ISQ » lancé en septembre dernier, nous n’avons « rien lâché » et fait preuve d’une grande résilience ; de plus, grâce à toute notre équipe que je tiens sincèrement à féliciter pour sa détermination dans ces moments délicats, l’ISQ s’est non seulement adaptée mais également enrichie : cinq nouveaux collaborateurs sont venus rejoindre nos rangs, sept webinaires ont été organisés à l’attention de nos certifiés / qualifiés et le développement de notre vivier d’auditeurs, formés et qualifiés par l’ISQ, sont autant de preuves que 2020 n’a pas été inutile, bien au contraire !

Faire le bilan de cette année si particulière n’a rien d’évident mais je veux garder en mémoire que l’ISQ a pu maintenir, durant les périodes de confinement, l’ensemble de ses activités grâce à des moyens techniques et organisationnels permettant une mise en place efficiente du télétravail. Pas de chômage partiel chez nous, mais des échanges ininterrompus, de l’agilité à tous les niveaux, de la formation interne et une digitalisation de nos outils et de nos supports de communication, soit autant d’illustrations de cette phrase visionnaire de Chateaubriand : « Les moments de crise produisent un redoublement de vie chez les Hommes. ».

Car, après tout, sans oublier l’hécatombe humaine provoquée par la COVID19 et ses conséquences, je préfère retenir la vitalité de celles et ceux qui vivent et font vivre notre pays. Un pays où l’on sait s’adapter et où, je l’espère, nous continuerons de plus belle à affronter les défis à venir.

Les fêtes approchent et, avec elles, je vous propose de faire une pause bienvenue et ô combien méritée : célébrons tous, dans le respect des règles sanitaires, ceux qui nous ont quitté mais aussi, et surtout, ceux qui sont autour de nous…

Joyeuses fêtes à tous et rendez-vous en 2021 !

Catherine Terrien

 

 

A LIRE EGALEMENT